Myanmar - Yangon & Mandalay


U Bein bridge

Pour accompagner votre lecture voici deux morceaux. Le premier représentant parfaitement notre voyage. Nous en faisons notre coqueluche, notre hymne :

https://soundcloud.com/singapour/le-grand-bain

et ce si bon son funcky de Dabeull

https://soundcloud.com/dabeull/neworder


Bonne lecture !



Nous y voici ! Nous attendions avec grande impatience notre voyage en Birmanie et nous atterrissons enfin dans ce pays dont nous avons tant entendu de bien depuis quelques temps.

Sule Pagoda

Atterrissage à Yangon, capitale du pays. Arrivée particulière, nos premiers interlocuteurs ne parlent pas un mot d'anglais ( ça commence bien ^^), notre taxi se perd pendant 2 heures et difficile de lui expliquer la route à prendre. Il nous faudra de la patience et un bon langage des signes pour parvenir à l'hôtel. Du moins... ce qui nous servira de douche et d'adresse postale. Nous avions avant le départ commandé une nouvelle carte bancaire. Celle-ci s'étant perdue dans les limbes d'UPS avant notre départ nous souhaitons la récupérer sur notre trajet. Nous choisissons cette guesthouse pour la sympathie de notre hôte et pour la confiance que nous pouvons avoir. Elle accepte volontiers de nous "prêter" son adresse pour que l'on puisse nous envoyer un colis par voie postale. Risqué direz-vous ? Nous avons confiance en cette dame, c'est décidé elle nous sera envoyée depuis Saint-Etienne via DHL (le service de livraison à l’international fonctionne très bien pour ceux qui souhaitent le savoir), Merci Bernard & Michèle.

Shwedagon Pagoda

Nous pensons repasser par Yangon deux semaines plus tard ce qui devrait laisser assez de temps au colis pour arriver à bon port. Nous en profitons pour prendre une bonne douche après 36 heures de voyage et de prendre un excellent repas. Il s'agit d'un bon hôtel dans Yangon à prix modéré par rapport à ce qu'il est possible de trouver dans la ville (Hostel21 pour les intéressés / pensez à réserver c'est souvent plein). Nous décidons comme à notre habitude de ne pas rester dans la capitale et de partir de nuit (en bus) vers Mandalay. Afin de profiter de la journée, nous laissons nos sacs à la guesthouse et partons visiter la belle Sule Pagoda et l'immense Shwedagon Pagoda.

Shwedagon Pagoda

Impressionnante par sa taille, grandiose par ses couleurs, merveilleuse par ses formes, nous y trouvons déjà ici une grande merveille. Malgré la présence d'un échafaudage en bambou le site est plus impressionnant que nous aurions pu l'imaginer. Nous avions presque l'impression de nous y perdre. Il est possible de l'apercevoir à des centaines de mètre tellement elle est imposante. Petite balade dans la ville de Yangon, ses marchés et le lac Kandawgyi. Yangon semble très grand, les rues sont grandes et jolies pour la plupart, de nombreux marchés, de belles sculptures et la population nous y semble gentille et souriante. Mais nous y croisons très rapidement misère et pauvreté au détour d'une ruelle, sur le quai d'une ancienne voie de chemin de fer, près d'une rivière (du moins avant que tous les déchets ne s'y mélangent) et des égouts. Malades, borgnes, amputés, ... Nous ne saurions vous dresser le tableau de ce que vous pouvez déjà imaginer. A l'écart donc, des dizaines de personnes sont donc là, loin de la foule, dans l'attente du train qui ne viendra plus ...


Mahamuni Pagoda

Nous voici alors partis pour Mandalay. Départ en bus de nuit après 2 heures de taxi dans l’obscurité sur des chemins tortueux, démunis de toute vie puis d'un repas birman qui ne donnerait pas envie à un chat affamé. Nous appréhendions un peu le bus de nuit mais c'est déjà une belle surprise. Il ne s'agit pas d'un bus "normal" circulant de nuit mais d'un bus conçu pour les trajets nocturnes. Sièges larges et extensibles pour avoir une position presque allongée sans être dérangé par ses voisins, on y trouverait presque un peu de confort. Si bien que nous ne verrons pas le trajet passer.


jardins autour de Mahamuni Pagoda

Arrivés à 6 heure à la station de bus après 8 heures de trajet. Nous faisons une halte avec petit déjeuner bien mérité à l'hôtel où nous laissons nos bagages pour visiter la ville. Location d'un scooter pour l'occasion. En louant le véhicule la jeune fille de la réception nous dit alors "Si vous croisez un policier ou si vous en voyez de loin, tournez dans la rue la plus proche ou faites demi tour, il vaut mieux qu'ils ne vous arrêtent pas". Rassurant ? Non, c'est simplement un transport peu emprunté par les touristes qui n'est que depuis peu autorisé/toléré par les autorités. Mais qu'à cela ne tienne nous aimons notre liberté et partons directement vers notre premier arrêt "Mahamuni Pagoda". Là se dresse un temple où de nombreux croyants prient leur Dieu. Les hommes couvrant le Bouddha de feuilles d'or et les femmes (non autorisées à pénétrer dans le sanctuaire) se contentent de prier devant la statue de celui-ci. L'ambiance y est calme, recueillante et spirituelle. Gaëlig est invité par un birman à pénétrer dans le sanctuaire. Après hésitation, l'invitation est acceptée mais il ne s'agit pas de déranger les nombreux croyants.


Première belle rencontre

Non loin de là et après la visite de la très belle pagode (ornée de jade, de parures en tout genre et de miroirs donnant à la pagode cet effet scintillant) nous prenons le temps d'arpenter les marchés et échoppes attenantes. Nous sommes d'abord surpris puis émerveillés de voir autant de métiers de sculpture, de tissage, de couture, de peinture... il y en a pour tous les goûts. Notre œil s'arrête sur des sculpteurs de bois. Ils semblent intrigués de voir des touristes dans ce coin reculé du temple. L'un des sculpteur vient à notre rencontre et avec passion nous conte son métier. Il nous explique les différentes essences de bois, les différentes techniques de taille en fonction des bois, nous montre tous ces outils et leur utilité. Nous ne comptons plus le temps. Ses explications nous font voyager et nous fascinent. Nous sommes absorbés par sa passion.

Moment de partage et de complicité au marché de Jade

Alors que nous étions sur le départ, nous hésitions à immortaliser le moment avec un souvenir mais trop gros et trop coûteux (du moins pour le pays), l'homme nous tend alors un minuscule lion en bois qu'il venait d'achever et nous dit "Tenez c'est pour vous, c'est un cadeau". Nous refuserons par politesse mais regretterons de nombreuses fois de ne pas avoir accepté son cadeau. Tout ceci, dans le sourire, la gentillesse et la convivialité. L'homme nous présente sa femme qui est de passage et nous discutons alors encore quelques instants. Adorables. Nous ne sommes en Birmanie que depuis 1 jour mais nous nous sentons déjà ailleurs. Comme propulsé dans le temps, un temps où générosité, gentillesse et partage sont à la pointe de la société. Étrange pour nous qui faisons partis d'un autre monde, en proie à la cupidité, au vice et à la luxure.


La pierre de Jade

Nous prenons alors le chemin du marché de jade. Un nouveau portrait de l'art birman. Nous y allons à la fermeture (oui à midi) pour éviter la foule touristique et nous y trouvons une nouvelle surprise, un autre monde. Ici sont présents des sculpteurs, tailleurs et vendeurs de pierres précieuses mais aussi des acheteurs venus de toute l'Asie à la recherche du bien rare. Certains sont missionnés, là en communication directe avec l'acheteur (quelque part ailleurs dans le monde) afin de choisir la pierre parfaite. Mais il ne s'agit pas que d'un marché de jade, il s'agit également d'un lieu (essentiellement occupé par des hommes) où se mêle jeux, sourires, bonne ambiance, rafraîchissements, nourriture et joie.

Le savoir - faire du tailleur

Ils semblent tous avoir un rôle dans le marché de pierres précieuses (couper, poncer, sculpter, vendre...) et sont là dans un état d'esprit sain. Ils savent reconnaître la "perle" rare avec une lampe torche, alors ils cherchent tous à la fabriquer. Mais le bien est si rare que les négociations vont bon train. L'espace est bien plus que vivant.





Kuthadaw Pagoda

King Mindon's House

Une fois le ventre rempli nous continuons la visite en passant par le palais royal et par ce qui semble être "Kuthadaw Pagoda". La blancheur, la luminosité avaient attiré nos yeux et nous y trouvons un magnifique spectacle. Les stûpas rayonnent de milles feux, le soleil frappant ces petites sculptures toutes blanches contenant "Le plus grand livre du monde". Chaque templion immaculé de blanc contient une stèle gravée recto verso de 80 lignes, il faudrait 450 jours pour toutes les lire. Impressionnant, tout comme la luminosité éblouissante.

Sculpteurs rénovant les ornementations de King Mindon's House

En sortant du temple nous avons même l'impression d'avoir perdu la vue tellement la clarté du lieu est frappante. Nous visiterons d'autres édifices par la suite, notamment "King Mindon's house", qui ne paye pas de mine à l'extérieur mais qui possède un grand nombre de gravures en teck à l'intérieur aux détails époustouflants. A l'arrière de cette bâtisse, quelques professionnels et une école de jeune sculpteur rénovent les parures de l'enceinte sous nos yeux émerveillés. Le jour commence à tomber et alors que nous nous apprêtions à aller à "Mandalay Hills" nous croisons dans un temple deux jeunes moines bouddhistes venant à notre rencontre. Ils sont curieux et souhaitent (si l'on est d'accord ^^) discuter un peu pour perfectionner leur anglais (ils ne savent pas sur qui ils sont tombés avec notre niveau d'anglais ^^).

Tant pis pour le coucher de soleil, nous en verrons bien d'autres et nous préférons rester avec nos deux nouveaux potes pendant plus d'une heure. Ils sont bien cool, c'est difficile de se faire comprendre par moment mais nous tentons quelques mots birmans. "Pyenté" (qui veut dire français) est un succès assuré pour la seconde fois de la journée. Nous les faisons beaucoup rire à essayer de parler birman. Mais l'ambiance est adorable. L'un voudrait devenir médecin car dans son village il n'y en a pas et l'autre professeur d'anglais. Ils ont un examen et doivent réviser leur anglais, quoi de mieux que de parler pour apprendre. Nous devons les quitter avec regret pour retourner à l'hôtel après ce superbe moment. C'est notre véritable premier jour en Birmanie et nous sommes sous le coup de cette gentillesse et bienveillance. Notre périple ici s'annonce prometteur.


Après une bonne nuit de sommeil, nous partons à la découverte des alentours de Mandalay. Direction le sud de la ville, vers Amarapura et les joyaux des anciens rois birmans.

Peter & Manon en plein échange

Rapidement repéré par un chauffeur de tuk-tuk nous entamons une négociation dans une langue pour la moins marrante : un mélange de geste, d'anglais, de nos notions en birman et de mimiques. Nous partirons alors pour la journée avec Peter, qui parle un anglais un peu plus compréhensible et qui semble joyeux à l'idée de partager sa journée avec nous. A peine le temps de lui expliquer ce que nous souhaitons faire qu'il répond "Ok pas de souci, je m'occupe de tout"... Ok, laissons nous aller. Peter semble bien heureux, son sourire en dit long et il nous emmène à Mahagandhayon monastery où il est possible d'assister au déjeuner des moines.

U bein bridge

Ils sont en file, attendant leur tour pour recevoir le déjeuner où il est possible de leur faire une ou plusieurs offrandes pour leur repas. Ils sont des centaines et les touristes sont extrêmement nombreux. Des colonies de bus de chinois... Nous ne nous attendions pas à cela, mais à la vue des nombreux panneaux demandant d'être respectueux nous comprenons alors que ces hordes de touristes sont récurrentes. C'est étrange, la veille nous n'avions croisé que peu de touristes. Où étaient-ils ? Est-il plus intéressant de regarder des jeunes moines manger (généralement les moines viennent de milieux défavorisés et la religion leur permet d'accéder à l'éducation) plutôt que de se plonger dans la culture et l'Histoire du pays ??? Ce voyeurisme sera à son plus haut niveau lorsque les chinois (oui désolé là, dans ce manque de respect, il ne s'agissait que de chinois) se bousculaient manquant de faire tomber les moines dans la file d'attente pour ... les prendre en photos.

La concentration à l'école

Les moines, calmes, en maîtrise de leur esprit, tentant tant bien que mal de faire abstraction de cette cohue et de ce vacarme incessant de voix nasillardes, de paroles trop hautes, de cris ... L'esprit n'y est plus, c'est abominable, ces jeunes gens qui souhaitent manger en paix sont alors devenus des bêtes de foire que l'on vient voir, épier, comme s'ils étaient une espèce en voie de disparition dans un zoo. Nous sommes mal à l'aise et les quelques personnes tentant de contenir la foule irrespectueuse semblent baisser les bras tant le respect a disparu. Par un échange de regard avec une dame birmane, Gaëlig comprit que celle-ci était désarmée face à ces touristes et qu'il n'y avait plus rien à faire. Nous repartons interrogatifs, vexés et quelques peu énervés. Ce devait être un moment d'échange qui est devenu (semble-t'il avec le temps) un carnage humain. En anglais moine se dit "monk" nous étions plus proche du mot "monkey" ce jour, signifiant "singe". Comment en sommes nous arrivés là ?

Nous poursuivons notre chemin au magnifique pont d'U-bein jusqu'à un superbe temple sous les conseils de notre guide à l'écart de la foule. Celui-ci est orné d'incroyables fresques sur ce murs et voûtes racontant les différentes étapes de la ville il y a de nombreux siècle : marchandage, pêche, esclavage, guerres, rois ... C'est ici et bien conservé. On aurait du mal à penser que ces peintures ont plus de 8 siècles. En marchant sur le pont en teck notre guide nous parle de sa vie bien loin de celle que nous avons quitté 4 semaines auparavant.

Kyauktawgyi Pagoda

Il nous parle de sa femme et de la famille qu'il aimerait avoir mais qu'ils se résolvent à oublier car avoir des enfants coûte beaucoup trop cher et ils ne peuvent pas se le permettre. Leur maigre salaire leur permet de vivre dans la même maison que parents, grand-parents et une partie de la famille. Oubliez l'idée qu'il nous en parle de manière intéressée, Peter est fier de pouvoir être chauffeur de taxi et de faire vivre sa famille. Mais nous sommes là, à dépenser en 4 jours ce que lui obtient en 1 mois, alors évidemment cela laisse penseur.

Bagaya Monastery

Nous continuons notre route jusqu'à Sagaing ancienne capitale des rois birmans. Visite d'Uponya, splendide pagode colorée, et aux ornements proche du style hindoux. Puis direction Inwa. Ambiance assez magique après la traversée du fleuve en pirogue, visite du site en calèche... La visite du monastère Bagaya est la partie la plus marquante de cette visite. Sa structure en bois de teck noir a été patinée avec du pétrole. Les colonnes en teck, les ornementations et l'obscurité intérieure rendent cet endroit mystérieux. Le temps a, lui, gardé sa place avec la nature transformant un peu plus le mystère en un lieu sauvage.





Coucher de soleil sur le pont U Bein

Pour parachever notre journée nous retournons au pont d'Ubein (plus d'1 km de long tout de même) pour apprécier un coucher de soleil qui restera sans doute l'un de nos préféré. Ambiance détendue à la lumière rougeoyante et si douce pourtant. On se laisse naviguer à travers un ciel en feu, crépitant de toute part, illuminé par un soleil qui devient alors un astre réfléchi par l'eau. La présence de ce majestueux pont en teck met un point d'orgue à la scène et apporte une touche de romantisme quand la lumière vient caresser les contours de celui-ci. Les pêcheurs reviennent de leur journée dans une sérénité que le temps nous laisse goûter. Nous sommes à présent en train de naviguer sur les eaux calmes de la sérénité. Quelque chose s'est figée, le temps semble avoir changé, comme si les secondes étaient devenues minutes. A un instant le temps s'est arrêté.




Le lendemain, dernier jour de visite à Mandalay et départ de nuit pour Bagan. Avant cela, nous passons la matinée dans la citée de Mingun et rencontre d'un couple belge accompagné de leur bambin de 11 mois (comme quoi ça fonctionne ^^). Notre trajet en bateau, assis sur des chaises en plastique très pittoresque nous amène jusqu'à l'ancienne grande ville inachevée souhaitée par le roi Bodowpaya. Là devait se dresser le plus grand stûpa du monde (Mingun pagoda) mais seulement le tiers sera achevé (et c'est déjà immense).

Ici a également été bâti la très belle pagode Hsinbyume, aussi grande que le chagrin de son roi bâtisseur lors du décès de sa reine à ce qu'il paraît. On y voit nous surtout une grosse meringue blanche, que l'on a envie de croquer d'un grand coup. Ça nous donne surtout faim! Tout comme la veille, le site est beau, encore loin du circuit touristique.

L'après-midi nous retournons au marché de jade où des jeunes femmes nous donnent un cour pour apprendre à reconnaître une pierre de qualité. Et faut dire qu'il faut avoir l’œil. Il s'agit d'une qualité de couleur, de teinte, de brillance, de transparence,... et après ça, on peut vous dire que les belles pierres ne sont pas données ! C'est cher, très cher ! Alors plutôt que de s'inventer experts en pierre de jade, nous filons vers un atelier de feuille d'or. Les techniques ancestrales sont ici toujours utilisées.

Les hommes frappent les feuilles interposées entre du papier à l'aide de lourdes massues pendant des heures afin d'obtenir de très mince feuille d'or permettant par exemple d'en disposer sur le bouddha du temple Mahamuni ou même d'être utilisées pour les restaurations du château de Versailles. Fascinant.



Puis direction Bagan où nous nous attendons à voir de somptueux paysages. En attendant nous écoperons d'un trajet dans des conditions dantesques. 5 heures de route mouvementée, entassés dans de minuscules sièges. Certain sont assis sur des repose-pied en plastique installés à la hâte dans l'allée centrale. Nous sommes accueillis par des chauffeurs de taxi peu convenant et très désagréables, nous prenant pour de très riches personnes "Vous êtes touristes et blancs donc vous êtes riches donc vous allez payer cher". Drôle de discours, c'est la douche froide, à l'opposé de ce que la Birmanie nous a proposé jusqu'à aujourd'hui. Bienvenue à Bagan, nouvelle ville touristique, passage de nombreux voyageurs et éléments far de la découverte des anciens rois birmans. La nuit ne sera pas de refus dans cette agitation, vivement la suite...




26 vues

La dernière vidéo

Les derniers articles

Nous suivre ! 

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram
  • Noir SoundCloud Icône

© 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com