Myanmar - Kalaw & Trek


Pour accompagner notre récit nous vous proposons une musique pleine de joie, nous ramenant 20 ans en arrière; image parfaite de notre aventure ces jours-ci :

1- https://soundcloud.com/julien-biven/livre-de-la-jungle-il-en-faut-peu-pour-etre-heureux

2- https://soundcloud.com/pas_sages/danser-encore


Nous voici donc embarqués dans notre bus nocturne en direction de Kalaw. Départ à 20 heure, arrivée prévue 5 heure, timing parfait pour une petite visite et pour partir le lendemain en trek. Reste à déterminer la durée et l'itinéraire du trek. Facile en somme.

"Sir ! Sir ! It's here ! This is the stop !" Quoi ? Mais, mais, ... il fait noir là ! Et il est quelle heure ? Deux heure du mat ? C'est quoi ce bordel ? Wha et il fait -8000° dehors !"

Vous l'aurez compris, le bus est arrivé beaucoup plus tôt que prévu, de nuit, il fait certainement pas loin de 0°C et on a pas où se loger. Direction la guesthouse réservée pour le soir même mais celle-ci est fermée.

Le marché de Kalaw aux milles couleurs

Voici comment en l'espace de quelques heures nous nous transformons en SDF local. Nous trouvons un hall ouvert au vent de ce qui ressemble à une sorte de réception d'hôtel dans lequel nous trouvons domicile sur un banc en bois. Nous sortons pour l'occasion nos beaux duvets pour tenter de lutter face au vent glacial et tenter également de dormir un petit peu ça ne serait pas un luxe. Le jeune homme de la réception dort sur un lit de fortune à même le sol et une dizaine de couverture. Il est équipé lui le fumier ! On lui envie bien ses couvertures. Sans avoir réellement pu dormir nous quittons au petit matin l'endroit pour rejoindre notre guesthouse. On nous accueille avec le sourire et nous prenons le temps d'y déjeuner, de faire une petite sieste d'une heure.

Sacré nous !

et senteurs

Nous visitons ensuite la ville de Kalaw. Par chance, nous y sommes le jour du marché. Le genre de marché aux milles couleurs et senteurs que vous imaginez dans vos plus beaux rêves. Notre préféré dans tous nos voyages en Asie. Il y a de tout, avec le sourire en plus. On adore.Puis, bien motivés, nous réservons le trek pour le lendemain : ce sera trois jours de marche avec nuitées chez l'habitant. Ca va être cool !



Pour patienter nous prenons la direction de Pindaya. On a lu quelque part que c'est peu fréquenté car assez éloigné et qu'il y a une grotte aux 8000 bouddhas... "La blague, 8000 bouddhas ils se foutent de nous, t'imagines toi 8000 bouddhas dans une grotte ?"... Et bien faut avouer que c'est surprenant, cela donne l'impression de se sentir petit, écrasé dans cette grotte et toutes cette immensité. Il n'y a pas de limite pour vénérer le bouddha, c'est grandiose, nous n'avons jamais rien vu de tel car au flanc de la colline, après une petite grimpette d'une vingtaine de minute se tient isolé, un temple pour le moins particulier.

Ici, ce lieu de pèlerinage, de recueillement et de méditation n'attire pas les foules mais les ethnies locales sont bien présentent. On y entrevoit un climat mystérieux et lumineux dans cette immense obscure cavité. Nous nous laissons envoûter par cette ambiance et nous faufilons à travers ce petit labyrinthe sous la montagne.


Fabrication artisanale d'ombrelles

Nous profitons d'être à Pindaya pour visiter une fabrique d'ombrelle en papier shan. C'est amusant de voir avec quel savoir-faire les birmans ont su élaborer leur artisanat. De l'écorce d'arbre broyée, plongée dans l'eau puis séchée sur un tamis et recouvert de fleur de cerisier (ou autres arbres). Ils fabriquent ici des lanternes, des ombrelles et tant d'autres objet. Intéressant.

Mais il est temps de retourner à Kalaw et de prendre des forces pour le lendemain.

Car on le sent, ce sera éprouvant car il fait plus de 35°C en journée et 0°C la nuit.

Direction de le treck

Nous voici au départ de Kalaw en direction du lac Inle dès 7 heure du matin. Accompagné d'une jeune guide de 24 ans, d'un couple d'allemand (Jorge & Heidi) et de deux jeunes coréennes (Zoh et Ellie) avec qui nous prenons le chemin de l'aventure. L'ambiance du groupe est très rapidement tourné vers l'échange et le partage mais aussi très marrant. Chacun s'intéressant à l'autre sans aucun à priori. Notre guide, timide et souriante nous envoie un rayon de soleil sous son chapeau de paille.

En cette première journée nous sillonnons forêts, chemins, plaines, champs et rizières pendant 25 kms. Quelle diversité ! Nous y croisons fermiers et agriculteurs. C'est la saison sèche et les rizières ne sont plus que des champs de paille. Nous ne sommes pas loin de la latitude du Nord de Luzon, des rizières de Batad mais c'est intrigant de voir que le climat est ici à l'inverse de ce que nous avons pu observer aux Philippines.

Mais les birmans ne se contentent pas que de la culture du riz. Durant cette période aride (il fait vraiment très chaud) les champs sont transformés. Les cultures de riz ne durent que 6 mois (soit pendant la saison des pluies permettant un arrosage abondant) et laissent place à d'autres cultures pendant la saison sèche comme le piment, le sésame, le gingembre, les fleurs (pour honorer le bouddha), l'ail. Ils ont également des plantations de thé, d'orange, de pomme, (de pavot) et bien d'autres...

Le piment ça pique !

Cette diversité en est bien une grande richesse culturelle. Les terres sont admirables et joliment colorées. Après des heures de marche, nous arrivons dans un village haut perché ou règne calme et bonne ambiance, au milieu de nul part. Des jeunes garçons s'adossent à un jeu de ballon mélangeant football (le ballon qui est fabriqué avec une sorte d'osier et extrêmement souple) et volley-ball (le filet) sur de la terre battue, amusant.











Notre excellent hôte au nom imprononçable nous prépare un dîner de choix et délicieux bien que basique, on se régale tous avant de faire une partie de "6 qui prend". Rires et amusements avant de se coucher dans un froid glacial.






Une bonne nuit de sommeil nous attend

Notre logis se compose de mur en bois, d'un toit en tôle et nous dormons à même le sol. La douche est un lavoir à l'eau froide à l'extérieur. C'est sommaire mais largement suffisant à ce dont nous avons besoin : manger (sublime soupe!) et dormir. Heureusement il y a de nombreuses couvertures et nous apprécions d'avoir emmené nos duvets même si ceux ci sont un peu encombrant.

Avant de se lancer dans les bras de Morphée nous apprécions un spectacle devenu bien rare : Le Ciel. Aucune pollution lumineuse si loin des villes et si haut perché, on en admire la voie lactée. On croirait presque pouvoir s'y envoler au vu de la pureté qui s'en dégage.





Le réveil est matinal mais les troupes sont motivées et revigorées par une nuit très fraîche. Heureusement pour nous que les duvets étaient dans le sac contrairement à nos compagnons. Le petit déjeuner est copieux et délicieusement préparé. Il fait encore plus chaud que la veille, Manon en profite pour se barbouiller de Tanakha, cette crème jaune dorée qui s'applique sur le visage pour se protéger du soleil. Les ampoules ne tarderont pas à faire leur apparition sous les pieds de Manon. La chaleur de la matinée nous a tous rôtis et la pause déjeuner se transforme en sieste avec une bonne collation.

Le fameux Tanakha

Nous croisons de nombreux agriculteurs accompagnés de leurs enfants dans les champs travaillant sous ce soleil de plomb. Comme vous pouvez l'imaginer les seuls animaux que nous croisons sont des buffles, des oiseaux et des serpents. Après 25 kms et une dernière montée qui picote dans les jambes, nous arrivons dans la nouvelle famille hôte. Les deux jeunes jumeaux sont joueurs, la mère très bonne cuisinière et extrêmement sympathique.


Comme la veille nous arrivons à la tombée de la nuit au côté des agriculteurs ramenant leurs bêtes à l'établi qui sont parfois capricieuses. Le décor du village est embelli par un soleil rougeoyant et étincelant. Le ciel est d'un bleu pur qui en rendrait jalouse la mer méditerranée.





Nouvelle partie de jeu de société en groupe, l'ambiance est à son apogée. Notre guide se moque de Jorge avec beaucoup d'humour qui n'est définitivement pas fait pour ce jeu même en trichant. Nous apprenons des tas d'expressions et des noms d'animaux en les mimant et en imitant leur bruit. Une fois de plus nous aurons beaucoup ri, tout le monde s'entend à merveille. L’entente franco allemande aura beaucoup parlé d'Europe, de voyage, d'immigration. Nos compagnons allemands, très cultivés, semblent quelque peu inquiets (tout comme nous il faut l'avouer) du retour en force du racisme et de l'obscurantisme d'extrême droite en Allemagne comme en Europe. Nous discutons longuement des causes de la situation actuelle.

Ces gens ont beaucoup voyagé et nous rappellent à quel point le monde à changé en 30 ans lorsqu'ils ont commencé à traverser le monde. Nos amies coréennes sont un peu plus "youpi de la vie" et semblent très légèrement s'intéresser aux problèmes du monde. L'une est professeur, l'autre infirmière et se sont rencontrées ici en Birmanie. Plus ancrées dans une culture K-Pop que dans une sensibilité écologique mais les notions sont là et leur joie de vivre nous transporte à leur côté. Notre guide quant à elle nous donnera une leçon d'humilité. Simple, gentille et timide mais curieuse. Elle vit 3 jours en trek pour se reposer 1 à 2 jour(s) (ça dépend de l'afflux touristique) dans une collocation de 16 personnes séparée en 4 chambres. Elle ne gagne pas plus de 300€/mois et aimerait beaucoup voyager en Europe. Son rêve ultime serait l'Angleterre.

Emmitouflés sous nos duvets et couvertures nous passerons une très bonne nuit (quoi que très fraîche).

Dernier jour de trek et départ en forme après un délicieux petit déjeuner nous partons à travers sentier montagneux, large chemin en forêt et plaine. Très belle marche jusqu'au lac Inle. Manon aura moins apprécié ces ampoules plantaires. Après ces 20 kms nous sommes un peu physiquement éprouvés mais nous avons appris énormément de la culture birmane et en sommes ravis.

Le pays regorge de secrets et de beautés cachées. Les nombreuses personnes rencontrées sont adorables et nous ne boudons pas notre plaisir de discuter avec différentes personnes. Nous aimons leur hospitalité, leur simplicité, leur cuisine et tant d'autres choses. Notre voyage n'est pas achevé ici mais nous aimons définitivement ce pays et cette culture. Un voyage de 3 jours qui aura été un voyage à travers le temps et les âges. Nous aurons appris beaucoup d'un monde que nous connaissons mal. Nous aurons appris à mieux comprendre l'Europe et ses enjeux même en étant à des milliers de kilomètres. Nous aurons appris d'une culture coréenne qui nous était inconnue jusqu'à lors : "Bali-Bali !!!".


Au bout d'un long chemin de terre battue entouré d'une forêt de bambou, la fin de journée nous mènera jusqu'à une embarcation pour traverser le lac Inle au moment du coucher de soleil. Quel décor !!!! Des canaux à travers les villages flottants, une étendue d'eau à vous couper le souffle, des fleurs de lotus à perte de vue, des pirogues sur lesquelles les pêcheurs sont là le filet à la main, une jambe dans l'embarcation et la seconde pagayant. La scène nous époustoufle.

Traversée du Lac Inle

Nous avons entendu que l'eau n'est plus aussi claire qu'auparavant, ceci devrait apparaître dans un prochain article. 1h30 de traversée et nous revoilà sur terre à Nyaung Shwe pour gagner notre guesthouse où nos sacs qui ont été transféré par l'agence nous attendent. Les "au revoir" sont mélancoliques et intenses. Chacun repartant de son côté avec beaucoup de sensations.

La fine équipe

Dès notre arrivée, nous profitons d'un peu de réseau que nous n'avions plus eu depuis 3 jours pour appeler notre famille. C'est à ce moment que nous repensons au ciel étoilé apprécié ces derniers jours dans lequel une nouvelle étoile brille. Claudia veille sur nous éternellement, nous ne l'oublierons jamais.Le soir nous dînons au "Red Star", petite adresse locale qui ne paye pas de mine mais qui en vaut le détour tellement la cuisine est sensationnelle, c'est un régal.

Cette aventure nous a définitivement changé à tout jamais.


25 vues

La dernière vidéo

Les derniers articles

Nous suivre ! 

  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram
  • Noir SoundCloud Icône

© 2023 by Going Places. Proudly created with Wix.com